L’art de la patience

Post 10 sur 55

Ce week-end, nous avons commencé les semences dans nos carrés potagers et aujourd’hui, je les arrose avec beaucoup de soin . J’accepte de ne rien voir encore; tout est sous la terre. Je me souviens que j’ai planté mais je ne vois rien de concret apparaître. La récolte d’avant est bel et bien terminée et celle de demain est loin  d’être à maturité. Cette métaphore concrète illustre parfaitement ce que je vis dans ma vie professionnelle en ce moment. Il y a tout un pan d’activités qui se ralentit fortement , ce qui me convient , et un nouveau  pas encore ancré dans la matière mais davantage dans mon imaginaire .Et voilà que  je m’impatiente, je me décourage, je passe de la colère à la tristesse et au découragement. J’ai du mal à pacifier mon Etre et mon Faire. Parfois, je m’active très fortement jusqu’à l’hyperactivité ou je lâche , je lâche.  Puis, je décide de  revenir  vers mon enseignante la Nature et je la regarde attentivement. Je la vois paisible et forte à la fois dans chaque saison. J’imagine toute une activité souterraine pendant l’hiver, puis la force du printemps avec le jaillissement de ses fleurs.Tout se fait sans aucun effort. Les plantes poussent à leur rythme sans que j’aie besoin de forcer quoi que ce soit. C’est alors que progressivement  je retrouve ma confiance et ma foi : la certitude que tout se fera en temps et en heure dans la plus grande bienveillance dans  ce qui est Juste pour moi . Tout m’invite à cette attitude de patience et de foi absolue .

L’art de la patience
5 (100%) 3 votes

Partager cet article sur les réseaux sociaux :

4 commentaires:

Maximehttp://www.qualite-relationnelle.com/29 mars 2016 at 21 h 27 minRépondre

Et oui, mon Cher Philippe, cultiver la patience est tout un art.
J’en sais quelque chose et après toutes ces années sans résultat apparent, la récolte commence à arriver, sans faire de pub, tout naturellement !
Mon secret, quoiqu’il arrive, résultat ou non, faire tout ce que je fais avec plaisir, le cœur en fête.
Et me rappeler la métaphore d’Olivier Clerc sur le Bambou chinois ! ;-)

Énorme bisou à toi et à Sylvie et à très bientôt.

Avec gratitude.
Maxime

Philippe Geffroyhttp://www.lesjardiniersdeletre.com30 mars 2016 at 7 h 23 minRépondre

Cher Maxime, idem mon message précédent, Syvie, auteure de cet texte, va te répondre… Je t’embrasse. Phil

nathalie costentin3 avril 2016 at 7 h 16 minRépondre

Quel bel article !
Merci Sylvie de l’avoir écrit. Il est si juste. A lire et relire sans modération.
Je t’embrasse.
Nathalie

Sylviehttp://www.lesjardiniersdeletre.com5 avril 2016 at 21 h 04 minRépondre

Coucou Nathalie! Merci pour ton commentaire! Et oui la patience et la présence sont deux qualités essentielles. Des bisous pour toi

MENU