Interview d’un entrepreneur concret et aligné: Boris André

Post 41 sur 55

Cette rubrique présente des exemples concrets d’entrepreneurs indépendants prospères et alignés: ils ont créé leur entreprise à partir de leur passion, elle est économiquement prospère et ils vivent la vie qu’ils ont envie de vivre. Une autre caractéristique est que je suis client ou partenaire de ces entrepreneurs, je les connais donc « de l’intérieur ». Pour les lecteurs pressés, il y amon analyse synthétique ici (mais c’est dommage!)

Notre invité de ce mois est Boris André, créateur de la société Coloc@thome. J’ai rencontré Boris en 2009. J’avais passé une annonce sur Viadéo pour louer une maison et il m’avait contacté pour me proposer de la colocation. J’ai au départ décliné l’offre, en raison de préjugés sur les co-locataires. Puis, échouant dans mes recherches, j’ai repris contact avec lui et il m’a présenté son concept Coloc @thome , colocations-en-ile-de-france de manière très professionnelle. Il était à l’époque en train de créer son entreprise, dont la vocation est de mettre en relation des propriétaires de biens avec des personnes salariées ou retraitées recherchant une co-location plutôt qu’une location, pour des questions de prix et de qualité de vie. Il offre une prestation complète, de la recherche et mise en place des locataires à la gestion locative. L’enjeu pour lui était de trouver les premiers propriétaires prêts à lui faire confiance. Nous nous sommes engagés avec Sylvie; en étant le premier propriétaire à lui faire confiance, 3 ans après, je suis extrêmement satisfait de mon choix que je renouvelle en juin 2013 en lui confiant un autre bien immobilier.

Boris

Philippe : Bonjour Boris, pourriez vous tout d’abord vous présenter personnellement ?

Boris André : j’ai aujourd’hui 35 ans. Je suis issu d’une famille de salarié et j’ai fait une école de commerce. J’ai été salarié chez Flunch en tant que responsable Ressources Humaines, puis Directeur d’Agence chez Carglass. J’aime le rugby, que je n’ai plus maintenant le temps de pratiquer. Mes valeurs personnelles sont la fiabilité et l’honnêteté. J’ai pu comprendre ainsi quel était « l’esprit co-location ». J’aime bien aussi rencontrer les gens et établir une relation personnalisée avec mes interlocuteurs.

Philippe : présentez nous maintenant votre entreprise, son offre, son marché, sa dimension économique.

Boris André : j’ai créé Coloc@thome en 2009. L’idée est de mettre en relation par notre intermédiaire des propriétaires ouverts à la co-location et des co-locataires salariés ou retraités. Cette idée m’est venue d’une part car j’ai été co-locataire et  et d’autre part propriétaire loueur d’un bien immobilier à des co-locataires. Je me suis aperçu qu’il y avait là une niche qui ne tentait pas les agences immobilières classiques, par défiance vis-à-vis des co locataires. J’ai choisi de m’engager sur ce créneau en offrant un véritable service, ce qui implique de rencontrer les gens, d’aller les voir et de chercher sur le terrain. Je développe également une offre destiné à des investisseurs : recherche d’un bien, réalisation de la transaction, travaux d’adaptation du logement à la co-location, recherche des co-locataires et gestion locative. Aujourd’hui, j’arrive à 150/170 chambres, je me prépare à embaucher un premier collaborateur et je viens de réaliser 3 opérations avec des investisseurs. Le Chiffre d’Affaires 2011 a été de 35K€ et il sera d’environ 100 à 120 K€ pour 2012, grâce à la valeur ajoutée de cette dernière activité. (pour info, en mars 2013, Boris cherche son deuxième salarié!)

 Philippe : Qu’est- ce qui vous a conduit à créer et développer Coloc@thome? Quel est le sens pour vous de cette entreprise et quelles ont été les étapes cruciales de sa création et de son développement?

Boris André. J’ai toujours eu l’idée de créer ma boite lorsque j’étais en Ecole de Commerce. Puis mes expériences professionnelles ont été «compliquées». Je ne me sentais pas en phase avec les méthodes de management des grandes entreprises, et puis vendre du pare-brise ne me motivait pas vraiment. C’est à partir de mon expérience de la colocation, et surtout en discutant avec des personnes ayant subi de nombreux désagréments dans leurs recherches (annonces véreuses, logements insalubres ou mal placés). J’ai identifié une niche de marché tout à fait en phase avec les difficultés que peuvent avoir les jeunes salariés à trouver un logement en région parisienne en raison du prix. Ayant moi-même vécu les aspects positifs d’une co-location, j’ai voulu professionnaliser une offre. Je crois vraiment à la co-location comme mode de logement.

Lorsque j’ai démarré, j’ai fait une négociation salariale qui m’a permis de disposer d’une année de salaire pour lancer l’entreprise en toute sérénité. Les choses se sont faites progressivement et cela fonctionne maintenant par le bouche à oreille. Je n’arrive plus à gérer seul et suis en train de recruter un salarié. J’hésite entre 2 profils : un jeune – de 26 ans avec un BTS et une expérience dans l’immobilier, ou bien un senior car j’envisage aussi d’embaucher deux femmes de ménage pour le parc de logement, et il faut quelqu’un pour les manager. Cette question me préoccupe : je cherche une personne motivée, avec du potentiel et surtout un esprit entrepreneurial.

Philippe : Comme tout un chacun, vous avez 24 heures dans votre journée. Comment conciliez-vous la rareté de cette ressource temps avec les temps de visites de biens, de recherche de locataires, la gestion administrative et commerciale de l’entreprise, votre vie privée et votre propre ressourcement?

Boris André : c’est un point critique actuellement. J’ai arrêté mes activités sportives et associatives. Je travaille beaucoup sur la plage 18h/20h et le samedi. C’est un peu le revers de la passion : je suis très heureux de faire ce que j’aime mais cela empiète sur les autres aspects de ma vie. Le recrutement d’un salarié doit me permettre de récupérer du temps, je compte l’embaucher sur une plage 14h/20h.

Philippe : qu’avez vous appris sur vous tout au long de ce parcours? Quelles zones d’inconfort avez-vous traversées et comment les avez-vous surmontées ?

Boris André : En fait m’installer à mon compte a été un soulagement et une révélation. Je suis enfin devenu en phase avec moi-même, je pouvais appliquer mes méthodes et ma manière de faire. Je n’ai pas été sujet au stress financier, car mon projet était bien verrouillé. En parallèle, j’avais déjà des investissements en route qui me permettaient d’avoir un train de vie réduit car mes locataires payaient mon crédit immobilier. Donc c‘est le plaisir qui a dominé et qui domine toujours.

Philippe : comment le thème de l’argent est-il présent dans votre activité professionnelle. Que pourriez-vous nous dire de votre propre relation à l’argent. Est-ce que cela a été un thème de travail personnel? Cela a t il eu un impact dans le développement de l’entreprise?

Boris André : l’argent n’est pas une fin en soi, c’est la conséquence de ce que j’entreprends. Je prends conscience que, parfois, je ne valorise pas assez mes prestations. J’ai toujours appris que « un sou est un sou ». Il m’arrive de prendre à ma charge certaines dépenses mineures qui devraient être du ressort des locataires ou du propriétaire. Je travaille actuellement avec un investisseur qui m’a clairement dit être très heureux du prix auquel je lui facture mes services, mais qu’ils valaient bien plus que cela. Je suis attentif à ses remarques. Donc c’est un sujet en cheminement intérieur.

Philippe : Si vous résumez en une phrase le facteur clé de votre réussite? Que pourriez-vous donner comme conseil averti à quelqu’un qui veut se lancer dans une activité indépendante?

Boris André : pour moi il y a 2 choses essentielles : ne jamais être dans le rouge car, dans ce cas, on ne prend pas de bonnes décisions, et aussi être fiable dans son discours et ses prestations, cela tend à disparaître il me semble.

Philippe : comment envisagez vous l’avenir pour vous et pour votre entreprise?

« Je ne me fixe aucune limite »

Boris André : je ne me fixe aucune limite. La société se développe et va se développer encore plus, mais le chemin n’est pas complètement certifié. Ce qui est sûr, c’est que je ne ferai pas de la visite de biens et de la mise en place de locataires jusqu’à 40 ans. J’envisage de créer une franchise ou un réseau d’entreprises à partir de mon concept, et j’imagine d’ici 2 ans 10 à 15 antennes dans des grandes villes de province. Je vais aussi développer le conseil aux investisseurs, très stimulant intellectuellement et plus rentable. Enfin je vais refaire une nouvelle opération immobilière pour mon propre compte en 2013.

Philippe : Merci beaucoup Boris, pour cet entretien, et belle vie à coloc@thome! Ca a été un plaisir d’échanger avec un entrepreneur bien dans sa peau et bien dans son business.

 

Pour contacter Coloc@thome:

http://www.colocations-ile-de-france.com

Téléphone : 01 56 73 28 33

 

Interview d’un entrepreneur concret et aligné: Boris André
2.4 (48%) 5 votes

Partager cet article sur les réseaux sociaux :

MENU