De l’agressivité à la compassion

Post 6 sur 55

Dans une vidéo publiée sur Facebook, on voit plusieurs situations susceptibles de générer de l’agressivité entre des êtres humains. Un homme d’affaires percute en marchant un autre homme mettant à terre ses documents , une voiture se gare précipitamment alors qu’un véhicule attendait la place.

Les réactions sont immédiates: le visage s’assombrit  , les traits se figent et on peut facilement imaginer la suite qui pourrait être la libération de la colère par des mots forts, des gestes …

Et oui. Il ne faut pas oublier qu’avant tout, l’Homme est un animal doté d’une partie de son cerveau appelé reptilien . Dans celui-ci, les réactions instinctives sont emmagasinées (‘attaque,  fuite ou ‘inhibition de l’action). Dans ces situations, son territoire est menacé, une injustice se produit et la réaction peut apparaître immédiatement.

Or, dans cette vidéo, cela se passe autrement. La personne se dirige vers un autre espace, celui du coeur et choisit une réponse complètement différente. Elle choisit de sourire à celui qui a renversé ses documents. Elle observe la personne qui s’est garée et s’aperçoit qu’elle est enceinte de 8 mois et qu’elle a droit à sa place. Et aussitôt, elle décide de l’aider à porter ses paquets.

Cette vidéo nous invite à lâcher nos réactions animales et à aller vers plus de compassion et de coeur. Tous les jours, la vie nous propose un nombre incalculables de situation pour aller dans des espaces plus Justes .

Les exemples sont nombreux: ne pas alimenter des critiques, rester dans le silence face à de la colère, sourire , dire sa vérité et son ressenti, faire des compliments sincères, demander de l’aider, encourager, éviter de juger.

Bonne pratique!

Lien vers cette vidéo 

De l’agressivité à la compassion
4 (80%) 2 votes

Partager cet article sur les réseaux sociaux :

3 commentaires:

Jérôme ANTOINEhttp://coachinvest360.com30 mars 2016 at 16 h 41 minRépondre

Bonsoir, pas besoin de vidéo, c’est comme ça qu’un certain nombre de gens -très minoritaires certes, vivent, au quotidien. J’ai souvent remarqué qu’en marquant le premier un temps d’arrêt, on se rend compte qu’il n’ y a jamais lieu de s’énerver et, en revanche, qu’il est toujours temps de sourire. Une fois sur deux, c’est nous-mêmes qui étions en tort. Après, il y a des régions plus peuplées de gens toxiques que d’autres, qui ont gardé la trace de la simplicité et de la relativité. Souvent sont-ce les régions les moins prisées qui sont les plus sympathiques et les plus faciles à vivre, d’ailleurs. Mais, même dans un endroit peu recommandable, c’est votre attitude qui fera toute la différence: exprimer de la gratitude ne peut que vous grandir, n’avoir pas peur et le montrer, regarder dans les yeux et tenter un sourire -même si on ne vous le rend pas qu’importe! Quant aux critiques, elles ne font que témoigner de notre ignorance et de notre incapacité à appréhender l’autre et son contexte. Ou pire, parfois, elles viennent de la perversion de la jalousie. Enfin, j’ai toujours considéré la différence comme étant salutaire. Je ne me suis d’ailleurs jamais entouré de gens qui me ressemblerait!

Sylviehttp://www.lesjardiniersdeletre.com5 avril 2016 at 21 h 05 minRépondre

Merci pour votre commentaire, je partage entièrement.

Isabelle10 avril 2016 at 7 h 52 minRépondre

Merci Sylvie pour ce magnifique post! Aurais-tu un lien pour cette vidéo autre que celui de facebook, car je ne suis pas (plus) inscrite sur FB? Merci!

MENU