La Kizomba, un voie thérapeutique!

Post 13 sur 55

Depuis 2 mois, je prends des cours particuliers de kizomba. C’est une danse qui relie le tango et le zouk. J’adore son rythme chaloupé et j’en écoute depuis des mois. J’avais visionné des démonstrations mais avais jugé cela trop technique et  m’étais découragée avant de commencer. Cependant, plus j’observais les couples qui dansaient et plus j’étais intriguée, fascinée et attirée . Quelque chose m’appelait. C’est ainsi que j’ai sauté le pas . A chaque cours, je comprends intuitivement qu’il s’agit bien plus qu’une simple danse. Et s’il s’agissait d’une vraie voie thérapeutique!

Des rôles homme/ femme très clairement définis .

Dans nos sociétés, hormis l’apparence extérieure il est parfois difficile de distinguer le féminin du masculin. En effet, les femmes ont de plus en plus de responsabilités, portent des pantalons, ont des métiers parfois masculins, clament leur indépendance , voire  rejettent les hommes . Dans cette danse, je n’ai plus le droit de « faire l’homme » c’est à dire  de guider ou d’impulser ,non. Je prends ou reprends ma place de femme en acceptant la règle du jeu. Je dis oui à ses propositions, j’accepte. « Oui à ce qui est » comme dans la voie spirituelle. La vie me propose des défis, je les accepte et je  fais face.Je lâche les résistances.

Les énergies sont à leur place

Il se dégage une impression de clarté et d’ordre. Chacun est heureux de son rôle  Les polarités ne sont pas inversées. Chacun se réjouit de son énergie. La lutte disparait et une harmonie se crée tout naturellement. L’homme guide le plus distinctement possible, lui indique les pas , la direction, les postures. Je dis oui sans me poser de question, sans me rebeller, sans chercher à reprendre du contrôle. Je n’ai plus qu’à me laisser faire même si   le « plus qu’à  » n’est pas toujours aisé car les vieux réflexes sont bien là. Et dès que je perds un peu l’équilibre, j’ai tendance à m’autonomiser. 

Se reposer sur l’homme.

Je peux alors fermer les yeux et commencer à  lui faire confiance. Je  lâche ainsi  mes rancœurs, ma méfiance et me coule dans son énergie . A ce moment précis,   je sens  sa force, sa détermination , sa compétence . Une autre valeur ou sentiment apparaît: c’est la Protection de l’homme.  S »appuyer, faire confiance est une polarité très importante dans un couple naissant ou mature .

Incarner son féminin.

Je danse avec toute ma volupté. Je prends conscience de mes formes, de mes attributs et j’en suis fière.  Je ne cache rien , je suis digne. Parfois, je suis dans les bras de mon partenaire, parfois j’en sors pour effectuer une courte marche. J’ai un déhanchement particulier, j’ai du plaisir à marcher de cette manière. Et dans la vie, comment je marche? Comme une femme fière de l’être? Ou comme un pompier allant éteindre un incendie?

 S’ écouter profondément .

Dès que je suis dans les bras d’un partenaire, je me mets à sa pleine écoute corporelle. Je suis dans une méditation de l’instant présent et j’utilise mes 5 sens . Je ressens le moindre geste , la moindre pression, le rythme, l’odeur, le toucher. Tout est information et tout est énergie disponible. A moi de me connecter comme je peux le faire dans mon environnement quotidien.

Etre cœur contre cœur

La pratique de la bienveillance est au centre de la danse. Avec beaucoup de respect, j’évolue avec mon partenaire. je laisse tomber le jugement sur moi, sur ma compétence. J’arrête de me comparer aux autres.  Je » fais » de mon mieux ou plutôt , je » suis »  de mon mieux en sachant que je fais avant tout un voyage au centre de mon être  avec la présence de l’autre.

J’espère que ces quelques lignes vous donneront envie de tenter cette expérience, vous , les femmes….

 

La Kizomba, un voie thérapeutique!
4.6 (92%) 5 votes

Partager cet article sur les réseaux sociaux :

1 commentaire

Marlène17 mai 2017 at 22 h 53 minRépondre

Merci beaucoup pour cet article sur la kizomba.
J ai constaté que mon decouragement lié à mes mauvaises attitudes en tant que partenaire de kizomba était tout a fait le reflet de ce que je suis en couple et le reflets de mes peurs ou frustrations.
J ai laissé tomber la kizomba pour la salsa qui me rassure car à l epoque où j ai appri la salsa, je n avais pas de traumas dû à des relations avec les hommes. Mais malgré ça, même en salsa je remarques des blocages, hésitations et anticipations.
Je vais bientôt faire un stage intensif (2 journées) de kizomba dans le but de me prouver que je peux faire confiance et vivre la minute présente.

MENU